Une femme a été arrêtée pour avoir embauché un tueur à gage sur le Darknet

Une femme a été arrêtée pour avoir embauché un tueur à gage sur le Darknet

Tina Jones, une infirmière de 31 ans de l’Illinois aux Etats-Unis a été arrêtée pour une tentative d’embauche d’un tueur à gages sur le Darknet. Elle a été jugée mercredi 12 avril 2018 sur le territoire américain. Tina Jones est accusée du crime de sollicitation de meurtre par embauche et le juge a fixé sa caution à 250 000 $.
L’enquête sur Tina Jones a commencé après que la police de Woodridge ait reçu un appel sur leur ligne de destinée à recevoir les délations, affirmant qu’une femme de la région avait été la cible d’un complot d’assassinat. Selon le bureau du procureur du comté de DuPage, le tuyau provient d’une émission de télévision couvrant les tueurs à gages du marché noir en ligne (le Darknet) sur les « 48 heures » de CBS.

Qui est Tina Jones et pourquoi a-t-elle commandé cela sur le Darknet ?

Tina Jones a travaillé au Loyola University Medical Center en tant qu’infirmière. En 2017, Jones a été impliqué dans une relation sentimentale avec un anesthésiste qui était marié. La victime s’est avérée être la femme de l’anesthésiste tout simplement.
La police a contacté Tina Jones pour l’interroger, ce qui a conduit plus tard à une arrestation. Tina Jones a admis qu’elle a payé 10 000 dollars US en bitcoin à un site web disponible sur le Deepweb appelé « Cosa Nostra International Network ». Ce n’est que plus tard qu’elle a découvert que son opération était en réalité une arnaque mis en place par la police américaine afin de pénaliser cette pratique qui est de plus en plus fréquente sur le Darknet. En effet, selon une étude américaine, il y aura plus de 10 000 américains qui ont commandé les services d’un tueur à gages. Cependant, dans 90% des cas, les sites du Deepweb sont simplement des arnaques.
Le juge a ordonné à Mme Jones de ne pas avoir de contact avec la victime présumée ou son mari si elle réussit à payer sa caution. L’accusation dont elle fait l’objet est passible d’une peine minimale de 20 ans de prison. L’audience de mise en accusation de Jones est prévue pour le 15 mai 2018.
Il est donc important de se rappeler que, même sous couvert de l’anonymat grâce au logiciel Tor, les lois sont les lois et les enfreindre engendre des jugements qui eux engendre des peines de prison pour la plupart des cas.

Attention aux arnaques sur le Darknet

Les marketplaces se multiplient sur le Darknet mais un énorme pourcentage d’entre elles sont des fakes. C’est à dire des sites Internet qui font croire aux clients (arnaqués) qu’ils vont pouvoir recevoir un produit illicite dans leur pays. Mais quand ces clients passent commandes en Bitcoin, ceux-ci sont prélevé et ne reçoive rien en échange. En effet, comme la commande est illégale, ils n’ont aucun moyen de se plaindre car cela serait équivalent à se tirer une balle dans le pied.
Rappelons tout de même que le Darknet est pluriel et qu’il a tout de même été créé à la base pour que les journalistes ou opposants politiques dans les régimes dictatoriaux puissent s’exprimer et échanger entre eux librement.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire