Mbagnick Diop, le président du mouvement des entreprises sénégalaises

Mbagnick Diop, le président du mouvement des entreprises sénégalaises

L’Afrique subsaharienne est en train de devenir un foyer de chômage, d’emplois vulnérables et de travailleurs pauvres. Une réalité qui fait de l’aspiration de la plupart des pays la transformation en économies de niveau intermédiaire.Malgré des investissements massifs dans les infrastructures pour stimuler la croissance économique. Des études ont montré que l’Afrique subsaharienne est en proie au chômage.

Le problème du chômage en Afrique

Il est difficile d’exagérer l’importance de préparer la jeunesse africaine à l’avenir. En tant que dirigeants sociaux, économiques et politiques de la prochaine génération. La jeunesse africaine doit en quelque sorte être incluse dans le développement économique de l’Afrique. Mais sans un secteur privé indépendant. Compétitif et intégré aux marchés mondiaux, les jeunes Africains au chômage resteront probablement marginaux. La productivité des jeunes Africains profite à la société dans son ensemble. L’incapacité à identifier le rôle du gouvernement. Cependant, a toujours obstrué les économies africaines. Freinant l’emploi des jeunes et entravant les efforts pour catalyser une économie africaine robuste.Heureusement au Sénégal, on trouve le mouvement des entreprises sénégalaises.

Le mouvement des entreprises sénégalaises

Face aux problèmes liés à l’économie de son pays et le manque des initiatives dans la création de nouveaux emplois. C’est né le mouvement des entreprises sénégalaises. Fondé par l’homme d’affaire sénégalais Mbagnick Diopen 2000, le « MEDS ». Il a pour but de mener les principales tâches et études qui garantit la continuité des entreprises. Pour ce faire, le MEDS, s’est engagé à faciliter et à faire connaître les différents processus administratifs. Législatifs et règlementaires aux jeunes entrepreneurs sénégalais. De plus, le MEDS participe à travers ses différents concepts à un dialogue constructif avec les jeunes en chômage et même avec les entreprises. Toutes ses missions se groupent pour une meilleure évolution dans la productivité des entreprises et dans la création de nouveaux emplois. Le MEDS est le principal collaborateur dans le développement économique du pays.

Alors que la question de la «fuite des cerveaux» est liée logiquement à l’émigration, certains considèrent que la fuite des cerveaux peut aussi être définie. C’est comme une application erronée de l’énergie intelligente et entreprenante des jeunes africains qui restent en Afrique à des activités mettant en danger la société. D’où vient le rôle du mouvement des entreprises sénégalaises pour encourager les jeunes sénégalais à installer leurs propres entreprises. Ou aussi de trouver le meilleur emploi. Tout cela grâce aux différents concepts qui ont été créés par le mouvement et son président Mbagnick Diop.Parmi ces concepts on cite :le forum du 1er Emploi, collectif des femmes chefs d’entreprise, African Leadership Awards, Africaine des Technologies Avancées etc.

FOGACIM : le Fond de Garantie du Cercle des Investisseurs de MEDS

Fondé en 2015, par le président du MEDS Mbagnick Diop et la Banque nationale de développement économique (BNDE), le FOGACIM est donc un fond pour aider les entreprises membres du mouvement des entreprises sénégalaises qui risquent une difficulté financière lors de la demande d’un crédit bancaire. Le FOGACIM intervient auprès des organismes financiers pour garantir la validation du prêt en soutenant la demande.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire